Pendant longtemps, le syndrome du côlon irritable fut un grand mystère de la médecine, mais aujourd’hui les spécialistes en savent un peu plus sur ce mal qui touche une grande part de la population. Cette meilleure connaissance permet d’améliorer le traitement. Même si de nombreux facteurs semblent entrer en cause, l’hypothèse qui semble la plus probable est l’intolérance à certains aliments, certainement dû à un mauvais fonctionnement de la flore intestinale.

Qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome du côlon irritable, débute généralement progressivement, autour de 30-40 ans. Dans 25% des cas, il est déclenché suite à une intoxication alimentaire ou un choc psychologique. S’il est vrai que la vie du patient n’est pas en danger, son quotidien peut être profondément altéré du fait de symptômes: douleurs au niveau du ventre, troubles de la digestion, ballonnements ainsi que flatulences. Cela consiste en une hypersensibilité de l’intestin. L’inconfort est semblable à celui d’un cancer du tube digestif ou à une maladie gastrique.

Ces symptômes plutôt courants partagés par plusieurs maladies affectant l’intestin et le côlon, qui augmentent le risque de confusion lors de l’établissement du diagnostic.

Comment faire pour gérer ce trouble

Il n’y a pas encore un traitement pour le syndrome du côlon irritable, mais si vous en souffrez, certaines habitudes de vie peuvent vous permettre d’éviter les crises :

  • Éviter l’alcool qui peut causer l’irritation des intestins déjà fragilisés, et les boissons gazeuses causant ballonnements.
  • Consommez des probiotiques pour traiter les ballonnements.
  • Mangez équilibré, plutôt que d’opter pour un régime: il ne s’agit pas d’éviter les fibres. Mais adoptez une alimentation riche en fruits, légumes pour restaurer la flore intestinale.
  • Éviter les aliments sucrés, et trop salés
  • Manger à des heures régulières et au moins 5 heures avant le coucher

Complications possibles

Contrairement aux maladies intestinales plus graves, comme la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn, ce syndrome ne crée pas d’inflammation, ne modifie pas la nature de la muqueuse intestinale puis n’augmente pas les risques d’avoir un cancer colorectal. Raison pour laquelle les spécialistes pensent que le syndrome du côlon irritable est plus un trouble fonctionnel qu’une maladie.

Toutefois, les malaises, la diarrhée ainsi que la constipation qu’il cause peuvent être très incommodantes.

Le syndrome du côlon irritable peut également gêner sérieusement la vie professionnelle et sociale des personnes qui en souffrent, et causer des problèmes d’ordre psychologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *